Activités / 活動の予定
Cours en ligne / 授業

Fermer 2015-2016 : Débutant

Fermer 2016-2017 : Avancé

Contact / 問い合わせ
Pour envoyer un message à l'association, il suffit de cliquer ici, puis de compléter le formulaire.


Avec Chrome, vous ne voyez pas le contenu de la rubrique « Activités » ? Cliquez pour accéder au calendrier de l'association


Compiègne-Shirakawa sur Facebook Compiègne-Shirakawa sur Twitter Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter !

Visites / アクセス数

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Actualité / ニュース

Photos du repas de fin d'année - par armel le 22/08/2017 - 15h36

 Quelques photos du repas de fin d'année sont en ligne. Pour les regarder, rien de plus simple, il suffit de se connecter (ou de se créer un compte si ce n'est déjà fait). Ensuite, allez sous la rubrique "Diaporama" et choisissez le diaporama que vous souhaitez visionner. Ils sont classés par année.

Ciné : Lumières d'été - par armel le 19/08/2017 - 20h39

Lumières d'été est un film franco-japonais. Il est sorti dans les salles le 16 août 2017. Ce film raconte l'histoire d'Akihiro, réalisateur japonnais. Il vient de Paris, où il vit, et se rend à Hiroshima pour interviewer des survivants de la bombe atomique. Profondément bouleversé par ces témoignages, il fait une pause et rencontre dans un parc une étrange jeune femme, Michiko. Petit à petit, il se laisse porter par la gaîté de Michiko et décide de la suivre pour un voyage improvisé à travers la ville, jusqu'à la mer.

Le film a été réalisé par Jean-Gabriel Périot. Celui-ci avait déjà abordé le thème d’Hiroshima dans 200 000 fantômes, court-métrage documentaire autour de la mémoire de la bombe qu'il a réalisé en 2007. Le réalisateur a donc choisi de revenir à cette thématique avec laquelle il entretient une relation forte. Il explique pourquoi :

"C'est un endroit avec lequel je continue à entretenir une relation forte. J’y vais quasiment tous les ans, j’y ai des amis, une part de ma vie… Quelque chose me rattache à cette ville, son histoire bien sûr, mais aussi la manière dont elle existe aujourd’hui. J’ai ressenti le besoin de faire un nouveau film sur Hiroshima, sur comment l’histoire du bombardement persiste à survivre, comment elle continue à avoir un impact sur le présent. Lumières d’été était aussi une manière d’exprimer ce qu’Hiroshima m’a appris, ce que la rencontre avec cette ville m’a apporté."
Ce film n'est sorti que dans 47 salles en France. Vous pourrez le voir notamment à Paris ou à Lille.

► En savoir plus avec Allociné...

Expo : Mémoires et lumière - par armel le 15/08/2017 - 19h02

Mémoires et LumièreJusqu'au 27 aout 2017, profitez de l'exposition photo "Mémoires et lumière", si vous passez à Paris. Elle se tient à la Maison européenne de la photographie (MEP), 5-7, rue de Fourcy dans le quatrième arrondissement.

Dès le début des années 1990, la société d'impression japonaise Dai Nippon Printing Co. Ltd constitue pour la MEP une importante collection représentative de la photographie japonaise de la deuxième moitié du XXe siècle. L'exposition investit la quasi-totalité des espaces de la MEP et propose une large sélection de chacun des 21 photographes de la donation, riche aujourd'hui de 540 pièces.

Cette exposition est dédiée à la mémoire de Keiichi Tahara, 1951-2017, et de Hiroshi Yamazaki, 1946-2017.

Horaires : Du mercredi au dimanche de 11 h à 1 9h 45
Tarifs : 9 € (réduit : 5 €)

► Pour plus d'informations : www.mep-fr.org/event/memoire-et-lumiere

Hors-série Les Inrocks spécial Japon - par armel le 25/07/2017 - 10h47

Les Inrocks spécial AnimeUne fois n'est pas coutume, nous faisons un peu de pub pour un magazine. Les Inrocks ont sorti au début de l'été un hors-série spécial très bien fait sur les dessins-animés japonais. C’est à l’imagination sans limites et à l’inventivité des réalisateurs japonais que ce hors-série rend aujourd’hui hommage. Et ce sont aussi les univers magiques et originaux de ces films et séries ayant marqué des générations de (télé)spectateurs que Les Inrockuptibles vous invitent à redécouvrir dans un inédit de 100 pages.

AU SOMMAIRE
Les débuts de l'animation Japonaise
Le cinéma d'animation : Portrait de Miyazaki, histoire du studio Ghibli, les héritiers de Miyazaki, le meilleur de l'animation...
Les séries d'animation : Evolution des séries animées à la télévision française, la Japanimation en France...

Ce hors-série est disponible en kiosque ou sur le site web des Inrocks.

Magazine papier : 8,5 €
Version numérique : 3,99 €


Hokusai ! Hokusai ! - par armel le 12/07/2017 - 21h30

Expo au Musée GuimetPaysages Japonais, de Hokusai à Hasui. C'est le nom de la nouvelle exposition proposée par le musée Guimet, à Paris. Jusqu'au 2 octobre, à travers une centaine d’estampes japonaises issues du fonds de la collection nationale, dont la célèbre Grande vague de Hokusai (Sous la vague au large de Kanagawa, Kanagawa oki namiura), le musée Guimet invite à un éblouissant voyage, celui de la contemplation du paysage dans son plein épanouissement.

Visions panoramiques et impressionnistes qui exaltent le passage des saisons et les lieux célèbres du Japon, visions urbaines et descriptions d’itinéraires poétiques au début de l’époque Edo, ou encore scènes de genre et intimistes dans l’art des grands maîtres Hokusai et Hiroshige qui ont su renouveler l’art de l’Ukiyo-e, cette exposition méditation présente aussi des estampes nouvellement acquises de la période moderne, dont celles très graphiques d’Hasui Kawase.

Véritable palette documentaire toute en finesse et aux subtiles couleurs, les estampes présentées couvrent une période de trois siècles et montrent la réalité d’une géographie et de ses territoires. Une ode à la dimension divine du spectacle de la nature dans le respect d’une harmonie fondamentale entre ses éléments et celle de l’être humain, où comment le rêve et le réel appartiennent à une même vision.

L’exposition interroge la notion de paysage dans l’estampe et la considèrera dans un contexte plus général, celui de l’itinérance et de la fascination pour la ville, telle que celle-ci se développera et se perpétuera durant le 19e siècle. Avec l’idée d’une déambulation poétique, d’une gravitation autour d’une cité, qui introduit la notion philosophique du temps qui passe, c’est une présentation autant spatiale que temporaire qui en sera le propos naturaliste.

Le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10 h à 18 h.

Billet combiné
9,50 € plein tarif
7 € tarif réduit

En savoir plus sur le site du Musée


Jumelages à Compiègne - par armel le 11/07/2017 - 21h16

Vous savez que Compiègne est jumelé à Shirakawa, bien sûr ! Mais savez-vous combien de villes sont jumelées avec Compiègne ? Réponse : dix. De fait, la ville  tissé des liens étroits avec Arona en Italie, Bury St Edmunds en Grande-Bretagne, Elblag en Pologne, Guimarães au Portugal, Kiryat Tivon en Israël, Landshut en Allemagne. Retrouvez les sites web de ces associations sous la rubrique Liens. Compiègne est également jumelée avec Huy en Belgique, Vianden au Luxembourg et Raleigh aux États-Unis.

Ciné : Hirune Hime, rêves éveillés - par armel le 08/07/2017 - 12h03

Un nouveau film d'animation japonais sort au cinéma le mercredi 12 juillet. Hirune Hime, rêves éveillés raconte l'histoire de Morikawa qui vit avec son père à Okayama. Depuis peu, elle fait une série de rêves étranges. Quand soudain, son père est arrêté par la police. Avec l'aide de son ami Morio, Morikawa est déterminée à libérer son père, ainsi que de démêler le mystère de ses rêves.

Kenji Kamiyama, réalisateur de Ghost in the Shell Stand Alone Complex et Eden of The East, signe avec Hirune Hime un film familial mâtiné de science-fiction et de poésie, au cœur duquel le rêve interroge la réalité. Les rêves peuvent révéler nos angoisses secrètes et les remous de notre cœur. Le réalisateur Kenji Kamiyama les a choisis comme motif pour son dernier long-métrage. Jusqu’alors, il avait mis en scène des drames humains dans des environnements imposants de science-fiction et de fantasy.

Avec Hirune Hime - Rêves éveillés, il présente au public son premier scénario original d’animation. Il y aborde les relations familiales et la vie d’une famille monoparentale ; mais aussi la poésie fantastique de l’enfance et la puissance du rêve.

"De nos jours les adolescents et les jeunes adultes ont l’air enjoués et insouciants. Ils ne se laissent pas écraser par les soucis et profitent de la vie. Mais pour vivre ainsi, ils doivent stocker leur anxiété quelque part. Je crois que les rêves sont un endroit où nous pouvons nous défouler", déclare Kenji Kamiyama.

Ce film sort dans une vingtaine de salles en France et n'est pas programmé à Compiègne ni dans l'Oise. Vous pourrez le voir à Lille ou en Île-de-France.

En savoir plus avec Allociné...

Japan Expo commence le 6 juillet - par armel le 05/07/2017 - 17h59

Japan Expo se tient du 6 au 9 juillet 2017 à Villepinte, au nord de Paris. Comme chaque année, du manga aux arts martiaux, du jeu vidéo au folklore nippon, de la J-music à la musique traditionnelle, c'est l'événement incontournable pour tous ceux qui s’intéressent à la culture japonaise.

Japan Expo reçoit chaque année de prestigieux invités et offre l’occasion de les rencontrer lors de séances de dédicace, de masterclass ou de conférences au cours desquelles ils parlent de leur travail, de leur carrière et de leurs œuvres.

De nombreux groupes, chanteurs et musiciens se produisent sur scène. Tous les genres sont les bienvenus pour montrer la variété de la scène musicale japonaise ! Les jeunes talents comme les artistes confirmés vous font ainsi profiter en live des sons les plus divers : J-rock, RnB, J-pop, hard rock, punk, électro… ou encore musiques d’anime et de jeu vidéo.

Cosplay, démonstrations d'arts martiaux, restauration japonaise, tout le monde y trouvera son bonheur !

Les membres de l'association Compiègne-Shirakawa s'y rendent nombreux. Vous souhaitez profiter d'une des voitures qui s'y rend, constituer un groupe ou en rejoindre un ? Envoyez-nous un message électronique et nous vous mettrons en contact.

Exposition de Kyudō à Crépy-en-Valois - par armel le 02/07/2017 - 14h11

Kyudo à Crépy-en-ValoisLe musée de l'archerie de Crépy-en-Valois vous propose une exposition sur le tir à l'arc traditionnel japonais, le Kyudo. L’exposition est visible jusqu'au dimanche 23 juillet 2017. Elle comprend, outre de l’équipement historique et contemporain d’archerie, plusieurs pièces rattachant cet art martial au passé mythique des Samouraïs. De nombreuses œuvres viennent illustrer cette discipline encore mystérieuse à nos yeux d’Occidentaux : armes, gravures, calligraphies, photographies et vidéos, kimonos traditionnels et contemporains seront autant de témoins de cette alliance entre la technique, l’esthétique et l’introspection.

Visible tous les jours de 14h à 18h, sauf le mardii.

Renseignements et réservations :
Musée de l’archerie et du Valois
Rue Gustave Chopinet
60800 Crépy-en-Valois
Tél. : 03 44 59 21 97
E-mail : musee@crepyenvalois.fr
Site : www.musee-archerie-valois.fr

Tarif plein : 4 € / Tarif réduit : 3 € / Gratuit pour les moins de 26 ans et pour les membres de l’association des Amis du musée (carte nominative). 

Repas de fin d'année - par armel le 24/06/2017 - 09h58

Fêtons la fin de l'année scolaire ensemble ! Chaque année, les membres qui le souhaitent sont invités à se retrouver pour un repas conviviaL Cette année, le repas se tiendra le jeudi 29 juin 2017 à partir de 20 h au Daisuki. Le restaurant est situé sur une péniche, Quai du Cours Guynemer à Compiègne. Pour vous inscrire, cliquez sur le lien ci-dessous ou copiez-le dans votre navigateur. Le repas prendra la forme d'un buffet japonais. La prix indicatif est de 20 € par personne. Une boisson sera offerte à chaque participant par l'association.

►Inscription : https://goo.gl/forms/9oV1QT1bMIjQK3Su2

TV : Tokyo, cataclysmes et renaissances - par armel le 07/06/2017 - 16h06

Comment, en cent cinquante ans, la capitale du Japon, deux fois détruite, a su renaître de ses cendres pour devenir la plus grande ville au monde. Un voyage dans le temps porté par d'époustouflantes archives.

Tokyo, aujourd'hui la plus grande agglomération au monde, avec 13,6 millions d'habitants intra-muros, et près de 43 millions au total, n'était au milieu du XIXe siècle qu'une ville modeste nommée Edo, dans un Japon encore féodal. En 1868, l'empereur Meiji, qui a décidé d'ouvrir son pays au monde en rivalisant avec les grandes nations occidentales, entreprend de moderniser à marche forcée la "capitale de l'Est", désormais siège du pouvoir. Un siècle et demi plus tard, cette mégapole futuriste en perpétuelle évolution, sous la menace quasi permanente de failles sismiques parmi les plus actives de la planète, semble toujours tournée vers l’avenir. Un art du renouvellement en partie hérité de son histoire, car détruite à deux reprises, la ville a su à chaque fois spectaculairement renaître de ses cendres : le 1er septembre 1923, le séisme du Kanto provoque un incendie géant qui fait 105 000 morts et détruit la quasi-totalité des quartiers historiques. Vingt ans plus tard, le 10 mars 1945, les Américains larguent sur la ville un déluge de bombes incendiaires pour forcer le Japon à capituler, tuant plus de 100 000 personnes et réduisant une seconde fois le centre à néant. L'incroyable résilience des habitants va à nouveau donner des ailes à la reconstruction. À partir de 1955, alors que s'ouvre pour le Japon une phase d'expansion économique sans équivalent, Tokyo, centre névralgique et vitrine de cette métamorphose, connaît un essor démographique, architectural et technologique extraordinaire pour devenir la capitale mondiale de la modernité.

Regards nippons

Les plus anciennes images filmées de Tokyo remontent à 1898, et on les doit aux frères Lumière. Mais des premiers tramways, tractés par des chevaux, aux bambins qui jouent dans les décombres de 1945, l'essentiel des merveilleuses archives utilisées dans ce documentaire proviennent de fonds japonais. En traversant le siècle grâce à elles, et en voyant vivre et revivre à travers ses habitants cette ville à nulle autre pareille, on a souvent le sentiment que le Ozu des Gosses de Tokyo se tient derrière la caméra. Délicatement colorisées, du moins pour celles qui sont antérieures aux années 1950, ces images offrent un voyage dans le temps aussi instructif qu'émouvant.

► Voir le documentaire : http://www.arte.tv/fr/videos/067062-000-A/tokyo-cataclysmes-et-renaissances


TV : Retour à Fukushima - par Sensei le 22/05/2017 - 17h54

Ce lundi à soir, la chaîne Planète + propose un documentaire exceptionnel sur la catastrophe de Fukushima.

Correspondant de Sky TG24 en Asie, Pio d'Emilia a été le premier journaliste étranger à se rendre sur le site de Fukushima : son témoignage, filmé du 11 mars 2011 à mars 2015, permet de faire la lumière sur la catastrophe.

Ce documentaire fera l'objet d'une seconde diffusion le samedi 27 mai à 15 h 40. Planète + est visible sur sur Canal, Alice et Free.

Retour à Fukushima
Durée : 90 minutes
Genre : Sciences et technique
Origine : italien
Realisateur : Matteo Gagliardi
Auteur : Matteo Gagliardi , Christine Reinhold
Diffusion : le 22 mai 2017 à 20 h 55 et le 27 mai à 15 h 40.

Activités de juin - par armel le 21/05/2017 - 15h28

Le mois de juin approche et avec lui les dernières activités de l'année. À vos agendas pour la dernière série. Et n'oubliez pas, le japonais fait du bien à vos neurones.

Jeudi 1er juin, on commence par une soirée culturelle consacrée à l'histoire je Japon. Après cela, vous serez incollables sur les grandes étapes de qui ont marqué le passé de l'Archipel. Jeudi 8 juin, on se retrouve pour le dernier atelier origami de l'année. N'oubliez pas de dire un grand merci à Geoffrey qui se surpasse à chaque fois pour nous trouver des pliages accessibles et extraordinaires ! Le 15 juin, ce sera le dernier cours de japonais débutant. Vous saurez enfin comment on dit « Bonnes vacances ! » dans la langue nippone. On terminera le 22 juin par un cours de langue japonaise au niveau avancé. Un peu de sueur et beaucoup de satisfaction au menu. Comme d'habitude.

Le 29 juin, nous vous proposons un dîner de fin d'année. Vous recevrez bientôt un message vous invitant à vous inscrire. Nous nous retrouverons comme d'habitude pour un repas japonais, dans la joie et la bonne humeur. Surveillez vos messages électroniques !

Ciné : Sayônara - par armel le 10/05/2017 - 21h18

Aujourd'hui sort au cinéma le nouveau film du Japonais Kôji Fukada, Sayônara. Dans un avenir proche, le Japon est victime d’attaques terroristes sur ses centrales nucléaires. Irradié, le pays est peu à peu évacué vers les états voisins. Tania, atteinte d’une longue maladie et originaire d’Afrique du Sud, attend son ordre d’évacuation dans une petite maison perdue dans les montagnes. Elle est veillée par Leona, son androïde de première génération que lui a offert son père. Toutes deux deviennent les dernières témoins d’un Japon qui s’éteint à petit feu et se vide par ordre de priorité, parfois selon des critères discriminatoires.

Mais doucement, l’effroi cède la place à la poésie et la beauté. Sayônara brasse des thèmes importants, notamment la peur du nucléaire et des centrales et la prise de conscience vive après Fukushima que le Japon avait bâti son succès économique sur un progrès technologique qui contenait aussi la potentialité de sa destruction. Il parle aussi du statut des immigrés au Japon. Au même titre que les centrales nucléaires, c'est un sujet qui crispe nombre de pays à travers le monde. En dernier lieu, il est question du memento mori (souviens-toi que tu mourras).

« Tania et son robot confident s'avancent vers la mort en résonance avec un monde qui s'achève et dont elles sont comme les derniers témoins. Chacune à leur tour regarde ce Japon s'éteindre, comme les dernières légataires d'une humanité. Il n'est pas innocent de confier au regard du robot l'ultime destination de la beauté de ce monde crépusculaire », confie le cinéaste Koji Fukada.

Ce film bénéficie d'une bonne critique, notamment des Inrocks, de Télérama ou des Cahiers du cinéma. Les grands quotidiens nationaux, Libération ou Le Monde sont plus réservés.

Ce film ne sort cette semaine que dans 19 salles, malgré la notoriété de son réalisateur, dont c'est le troisième film diffusé en France après Au revoir l'été ou Harmonium. Précipitez-vous s'il passe près de chez vous. Rien à Compiègne. Il faudra vous rendre à Amiens ou Paris.

► En savoir plus avec Allociné...

Kanji Cards en français - par armel le 30/04/2017 - 16h55

L'association avait soutenu la première opération. Le projet Kanji Oboe revient sur Kickstarter pour une nouvelle campagne de financement participatif. Objectif : financer l'édition du niveau 4 du JLPT (Japanese Language Proficiency Test).

Kanji Oboe est une solution ludique pour mémoriser, réviser ou apprendre rapidement les Kanji japonais, sous forme de cartes. Une telle solution n'existe pas en français. Les cartes Kanji Oboe sont au format standard européen de cartes à jouer. Le design, fidèle à la philosophie japonaise de l'épure, a été pensé pour une assimilation optimale.

Au recto, le Kanji s'affiche en grand. Le sigle du niveau (référence JLPT) apparent au pied de la carte permettra de mélanger et trier les cartes de différents niveaux. Au verso apparaissent toutes les informations nécessaires à la compréhension du Kanji.

L'apprentissage des kanji nécessite de préférence une certaine connaissance des autres systèmes d’écriture japonais ; hiragana et katakana. Les cartes ont été contrôlées par des enseignants en Japonais et testées par leurs étudiants.

Le coffret Kanji Oboe JLPT 4 contient 180 cartes, soit 60 cartes de plus que pour le JLPT 5. Par conséquent la boîte sera plus grande et plus chère à produire, mais exclusivement au même tarif de vente que le premier coffret ! Plus de détails dans la partie «Financement».

Les premières cartes Kanji Oboe ont vu le jour lors d’une autre campagne victorieuse de financement participatif en avril 2016. Le premier niveau JLPT 5 a donc bien été produit et livré aux backers en contreparties. Le reste des stocks est en vente jusqu’à maintenant sur la boutique en-ligne de Kanji Oboe.

Soutenez ce projet ! Rendez-vous sur Kickstarter !

Ciné : Noma au Japon - par armel le 30/04/2017 - 10h50

Un documentaire sorti mercredi 26 avril au cinéma est passé relativement inaperçu : Noma au Japon, (Ré)inventer le meilleur restaurant du monde. Il ne s'agit pas d'un documentaire japonais mais d'un film tourné au Japon.

Janvier 2015. Le NOMA vient de recevoir pour la 4e fois le titre de meilleur restaurant du monde. Le chef, René Redzepi, décide de fermer son restaurant de Copenhague pour ouvrir une résidence de deux mois à Tokyo, au Japon. Le but : proposer un menu exceptionnel de quatorze plats spécialement conçus pour l’occasion. René Redzepi et sa brigade ont six semaines pour créer de toutes pièces un menu unique et novateur en harmonie avec la culture japonaise, avec des produits et des saveurs qu’ils ne connaissent pas. Une course contre la montre s’engage.

Ce documentaire n'est programmé que dans 16 villes en France. Si vous aimez la cuisine, et notamment la cuisine japonaise, vous devriez apprécier ce documentaire où de grands chefs s'évertuent à cuisiner des aliments qui ne leur sont pas familiers.

► En savoir plus avec Allociné...


Ciné : Après la tempête - par armel le 26/04/2017 - 22h00

Après la Tempête, de Kore-EdaNouvelle sortie ciné cette semaine : Après la tempête, du réalisateur japonais Hirokazu Kore-Eda. Malgré un début de carrière d’écrivain prometteur, Ryota accumule les désillusions. Divorcé de Kyoko, il gaspille le peu d’argent que lui rapporte son travail de détective privé en jouant aux courses, jusqu’à ne plus pouvoir payer la pension alimentaire de son fils de 11 ans, Shingo. A présent, Ryota tente de regagner la confiance des siens et de se faire une place dans la vie de son fils. Cela semble bien mal parti jusqu’au jour où un typhon contraint toute la famille à passer une nuit ensemble…

Hirokazu Koreeda a eu l'idée du film en 2001, après la mort de son père. Sa mère a dû alors vivre toute seule dans une cité HLM : « Lorsque je suis allé la voir pendant les vacances du Nouvel an, j’ai pensé que j’aimerais filmer un jour une histoire sur cet ensemble de résidences. La première chose qui me vint à l’esprit était une scène de déambulation à travers l’ensemble des bâtiments avec à leur pied l’herbe devenue très belle au lendemain du typhon. J’avais des souvenirs de mon enfance, sur le chemin de l’école, lorsque je ramassais des branches d’arbre tombées sur le sol. Je me souviens de la beauté de la résidence après l’orage. À partir de là, en me concentrant sur les évènements qui se sont déroulés pendant la nuit du typhon, l’histoire d’une famille commença à prendre forme », se souvient le réalisateur.

Le Majestic de Compiègne n'a malheureusement pas programmé ce film. Vous pourrez le voir en VO ou en VF à Paris. Plus proche, le cinéma du Clermontois programme une séance par jour à compter du 10 mai prochain.

► En savoir plus avec Allociné...

Ciné : Le Secret de la chambre noire - par armel le 18/03/2017 - 17h38

Avez-vous noté la sortie du dernier film du réalisateur japonais, Kiyoshi Kurosawa ? Sorti le 8 mars, il s'agit d'un film franco-belgo-japonais. Kurosawa, avec ce long métrage, réalise son rêve de tourner un film en France.

Stéphane, ancien photographe de mode, vit seul avec sa fille qu'il retient auprès de lui dans leur propriété de banlieue. Chaque jour, elle devient son modèle pour de longues séances de pose devant l'objectif, toujours plus éprouvantes. Quand Jean, un nouvel assistant novice, pénètre dans cet univers obscur et dangereux, il réalise peu à peu qu'il va devoir sauver Marie de cette emprise toxique.

Kiyoshi Kurosawa a choisi de tourner ce long métrage en France au début de l'année 2015, avec des acteurs français, Constance Rousseau, Tahar Rahim, Olivier Gourmet, Malik Zidi et Mathieu Amalric : « C’est un rêve qui se réalise, je ne pensais pas avoir l’occasion un jour de tourner en France. C’est d’ailleurs le rêve de tout réalisateur japonais de pouvoir travailler en France ou aux USA. Le hasard a voulu que par chance, je puisse réaliser un film en France et je ne peux que m’en réjouir. Durant le tournage, ce qui m’a marqué reste le fait qu’il n’y a pas du tout de différence entre le Japon et la France, l’équipe était très sensible à mes volontés artistiques et faisait tout pour me satisfaire en ce sens et j’en suis très heureux. »

Le film est à l'affiche à Paris ou encore Amiens. Il a reçu un bon accueil de la critique.


Atelier calligraphie et jeu de go - par armel le 08/03/2017 - 07h37

Venez à notre atelier calligraphie et jeu de go ce samedi 11 mars 2017 dès 14 h ! Animé par Akiko, Vincent et Armel, l'atelier calligraphie est ouvert à tous et gratuit. Il suffit d'être adhérent de l'association. Les enfants sont les bienvenus. Le matériel est fourni par l'association : pinceaux, encre de chine, papier... Un thé japonais sera servi aux participants. Si vous le souhaitez, vous pouvez apporter boissons, gâteaux ou sucreries... à partager au moment du goûter.

Dans le même temps, Antoine anime de fantastiques parties de go. Jeu de stratégie se jouant sur un plateau, les règles sont très simples. Le jeu de go est adapté à tous les âges et tous les niveaux, du débutant à l'expert.

Rendez-vous de 14 h à 16 h, à la Maison de l'Europe !
61, rue Saint-Lazare, à Compiègne.

Soirée Nô et danse Kabuki - par armel le 20/02/2017 - 09h28

Théâtre Nô et KabukiC'est suffisamment rare pour être signalé : une représentation de théâtre Nô et de danse Kabuki à Paris. Le 28 février prochain, l'association franco-japonaise de Tenri propose un spectacle avec maître Umewaka Motonori, détenteur du titre de trésor culturel national vivant.

Le spectacle aura lieu à 20 h 30 à l'Espace Bertin Poirée, à Paris.

Senkiku est un groupe de danseurs et de musiciens traditionnels japonais qui se produit pour la troisième année consécutive à Paris. 
Maître de Nô : Umewaka Motonori
Danse : Senju Einojo
Tokiwazu : Tokiwazu Toyotayu, Senju Shirayuki, Takami Takeru et Reigo Takami

Tarifs : 15 € / 12 €
Réservation : Tél : 01 44 76 06 06 / resa@tenri-paris.com
Réservation obligatoire, places limitées
Les places réservées seront libérées à partir de 20 h 20


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin

Espace privé

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 396 membres


Connectés :

( personne )
Lettre d'information
Recherche



Sondage
Êtes-vous déjà allé au Japon ?
 
1 fois
2 fois
3 fois ou plus
Jamais mais j'en rêve
Jamais et pas envie
Jamais
Résultats
^ Haut ^